0176215544 contact@ouicom.fr

Qu’est ce que le Low Code ?

ON SAIT LE FAIRE

Le low code par définition veut dire peu de code. Le low code est donc un système permettant la création d’application rapidement avec peu de connaissances techniques.

Les plateformes du type low code font l’objet d’intérêt depuis 2014 et présentent un gain de popularité certain et des levées de fonds de plus en plus élevés. C’est un marché de 15 Milliards de dollars en 2020. (source Forester)

Les entreprises croient dans le low code comme le prouvent la quinzaine d’acteurs principaux dont Salesforce, OutSystems, K2, Mendix, ServiceNow, Appian, AgilePoint.

Les solutions low code s’adressent essentiellement aux entreprises, particulièrement les grandes organisations même si le marché des TPE / PME commence lui aussi à apparaître. 

Le marché est soutenu par le besoin d’une automatisation et un déploiement rapide, tout en réduisant les coûts et le temps de développement. C’est ce qui garantit le succès d’une application low code.

Comment cela fonctionne ? Et pour qui ?

S’agissant de répondre à des problématiques métiers ou fonctionnelles, on constate que les éditeurs proposent du low code verticalisé. Les éditeurs fournissent des briques fonctionnelles et techniques adaptées aux destinataires de l’app (RH, Commercial…). Il y a donc une multitude de briques complètement adaptées aux métiers, en fonction des données à récupérer ou à manipuler, le type d’affichage… L’affichage et les besoins des données seront donc différents en fonction du destinataire de l’app.

Low code & ROI

D’après les éditeurs développant des applications low code et les entreprises les utilisant, le ROI semble satisfaisant.

Le temps de développement d’une application ou projet est divisé par 10 par rapport à un développement classique. Mais tout dépend de la complexité du projet.

Aussi, les moyens humains, techniques et les ressources internes sont des points importants dans la création d’un projet low code.

En effet, les coûts peuvent très rapidement augmenter en fonction du nombre d’utilisateurs, le nombre de briques et d’applications à créer.

2 plateformes de création d’application low, no-code :

AppSheet (Anciennement AppMaker) et PowerApps, les créateurs d’applications Low Code de Google et Microsoft :

Ces deux plateformes de création d’applications « low -» « no-» code, permettent de collecter,  mettre à jour, et de partager des données. Il suffit de connecter la plate-forme à un fournisseur Cloud, tels que Google Drive, ou One Drive.

Les fonctionnalités sont disponibles ensuite via la plateforme comme des maps, prise de photo… etc. Puis il suffit de les intégrer à l’application. Enfin, il suffit de partager l’application avec les utilisateurs via un lien ou bien dans le cas de PowerApps avec son organisation.

L’enjeu pour les entreprises est de faciliter l’agrégation de données par les équipes de terrains via une application qui peut être développée rapidement sans équipe de développement.

Ces applications sont surtout dédiées aux équipes internes. Elles procurent un gain de temps certain dans la communication des données.

Cependant les mises à jour de la plateforme peuvent aussi entrainer des bugs voir des arrêts de certaines applications.

Ces outils sont très complets mais ont un certain coût. En effet, ces applications sont facturées à l’utilisateur.

Pour une application PowerApps, il est obligatoire de posséder une licence Microsoft Office 365 pour les administrateurs de l’application puis la facture s’élève à 8,40€ par utilisateur / application / mois et 33,70 € par utilisateur / mois pour une infinité d’applications.

AppSheet propose 3 formules, une Premium à 5 $ par utilisateur / mois pour une utilisation basic, une formule pro à 10$ par utilisateur / mois pour une utilisation plus poussée et un service support ainsi qu’une meilleure sécurité, et une Formule entreprise où il faut prendre contact directement avec la firme.

Vous pouvez cependant tester ces deux plateformes gratuitement, et créer des applications donc personnelles.

Les plateformes Low et No code ont un avenir certain puisqu’elles aident grandement les entreprises à lier les hommes de terrain et les centres décisionnels (équipes marketing…). Les données sont acheminées vers des plateformes cloud accessibles et connues de tous permettant une universalité de la donnée.

Share This